être maman

Les troubles dys et nous

En ce jour très particulier de rentrée scolaire, j’avais envie/besoin de parler.
Parler de mon fils.

De mon fils, de sa scolarité et de ses troubles de l’apprentissage.

A 3 ans, Enzo est rentré à l’école comme tous les enfants de son âge.
Il s’est très vite démarqué :  il n’écoutait pas forcément les consignes de sa maîtresse préférant faire ce qu’il trouvait, lui, plus beau/facile/mieux.
Sa maîtresse ne s’est pas inquiétée, il est encore petit, il a le temps de “devenir” élève, ça viendra, il ne faut pas le brusquer, c’est la première année et son petit frère est arrivé il y a peu…
Par contre, elle est étonnée qu’Enzo tombe et trébuche si souvent, mais bon, elle connais le loustic, il est tellement dans la lune qu’on nous met ça sur le compte de l’étourderie.

Moyenne et Grande section se suivent et se ressemblent. A l’exception de la maîtresse de Grande section qui tire la sonnette d’alarme, Enzo n’est toujours pas élève, n’a pas conscience qu’il n’est pas là pour jouer mais pour travailler et nous explique que le CP risque d’être compliqué s’il ne se prend pas en main.

— Je sais pas si vous avez déjà tenté d’expliqué à un enfant de 6 ans l’importance de travailler à l’école mais avec Enzo, si je pissais dans un violon ça aurait le même effet.
En même temps, je me rappelle très bien les discours de ma maman qui me disait la même chose quand j’étais petite et je n’avais jamais vraiment bien compris l’importance, mais j’étais plutôt disciplinée étant petite j’écoutais ma maman sans trop me poser de question (maman, si tu me lis ) —

Et effectivement, le CP a marqué le début des complications : Enzo est physiquement présent en classe mais… c’est à peu près tout. Il ne produit pour ainsi dire aucun travail, n’écoute pas les consignes et cherry on the cake : il s’est déjà endormi en classe. Et ça a l’air de lui faire ni chaud ni froid.
Il participe à divers cours de soutien qui ne changent absolument rien.
Il est toujours aussi maladroit avec ses mains et ses jambes, si bien qu’entre ça et sa non-productivité en classe, sa maitresse demande une consultation médicale supplémentaire entre le médecin scolaire et nous.
Je suis donc reçue par une vieille dame qui m’explique en gros que si je le levais moins tôt et le couchais moins tard, ça irait bien mieux et qu’en plus, il ne fait pas le sport qui lui conviendrait le mieux (il faisait du karaté), et puis je lui fais faire ses devoirs trop tard le soir.
Je travaille quasiment en temps plein, je fais de mon mieux, notre vie est bien rythmée, elle finit par me poser la question de l’éventualité de changer de travail O.O…
Et termine en me demandant s’il mange correctement puisqu’elle le trouve un peu maigre pour son âge…

Grosse claque et grosse remise en question sur moi, sur l’éducation que je donne à mes enfants mais surtout, on se demande alors pourquoi le petit frère s’en sort plus que très bien en PS alors qu’il est logé aux mêmes enseignes que son frère, je les lève tous les 2 à la même heure, ils se couchent à la même heure (et on mange tous la même chose)…
On se réorganise avec la nounou mais le grand continue de galérer…

Dans les mêmes temps, on nous conseille un bilan avec la psychologue scolaire, mais nous sommes au mois de Juin, nous nous rencontrons et échangeons longuement et décidons de se revoir en Septembre pour réaliser le bilan en classe puisqu’il est trop tard pour agir.
On nous conseille également de faire un bilan orthophonique face aux difficultés d’Enzo à lire mais je me fais copieusement refouler au téléphone : tant qu’il n’a pas 18 mois de retard cela n’a aucun sens, les maîtres ne servent qu’à inquiéter les parents ou même ce n’est rien il a juste besoin de lunettes ! On me place sur une liste d’attente (imaginaire ?), personne ne m’a jamais rappelé…

Nerveusement c’est TRES fatigant : Enzo refuse de travailler ses leçons et n’acceptera d’apprendre l’alphabet que lorsqu’il s’est rendu compte que toute sa classe commençait à lire sauf lui et que l’un ne va pas sans l’autre !
Quand il essaie de nous expliquer quelque chose d’un peu compliqué, il ne trouve pas ses mots, ses phrases sont confuses…
Au quotidien, il rechigne pour tout, négocie la moindre demande, est lent pour faire n’importe quoi. Nous passons notre temps à lui répéter les choses.
Enzo n’est jamais dans la confrontation, il n’a jamais piqué une colère, n’a jamais fait de caprices, quand il n’a pas envie, il n’a pas envie et rien ne peux le faire changer d’avis. Il est plus borné qu’un âne.
Ça n’a l’air de rien comme ça, mais je peux vous jurer que c’est affreusement dur de devoir “dealer” avec un enfant de 6 ans qui ne se rend pas bien compte de la portée de tout ce qu’on lui demande… J’ai attendu un paquet de fois qu’il aille se coucher pour pleurer comme une madeleine dans les bras de mon mari.
A ma grande surprise, Enzo ne connaissant pas toutes les lettres de l’alphabet en fin d’année ne se voit pas proposer de redoublement. Le CP n’est pas la fin d’un cycle de classe, son niveau n’est pas assez bas pour redoubler, on verra en CE1.

Avec grande inquiétude, mon loulou rentre en CE1.
Cette année, pour la première fois c’est un maître. Une lueur d’espoir nous dit que peut être l’autorité d’un homme (Enzo n’a toujours eu que des maitresses) le fera mettre au travail.
AHAHAHAH. Non.
Ça ne change rien, il ne travaille toujours pas, fait exprès de laisser ses affaires de travail à l’école, oublie de nous faire signer des mots… A tel point que c’est moi qui finit par angoisser le soir quand je rentre du travail en pensant qu’il va falloir qu’il fasse ses devoirs. C’est le monde à l’envers…
En fait, si, il écoute les cours. Mais pas les siens. Il est dans une classe mixte et me raconte avec passion les cours de CE2.
Quand il s’agit des siens, rien à faire.
Mais manque de pot pour le petit père, son maître est visiblement beaucoup plus borné que lui (et pas autant fatigué que nous !) !
Nous habitons un tout petit village, tout le monde se connait, et dans l’école tout le monde connait Enzo. Son maître savait bien à qui il avait affaire, et il s’était préparé.
Il a observé Enzo et voyant qu’il ne réagissait pas comme les autres élèves, il a tenté d’être sympa puis d’être plus sévère pour finalement l’ignorer.
Si vous aviez vu ma tête quand il m’a annoncé qu’il avait décidé de l’ignorer, j’étais catastrophée !
Et contre toute attente, Enzo s’est mis au travail. Voyant qu’il n’obtenait rien de son maître, il a fini par se plier.
Enzo a 7 ans et c’est la première fois qu’il travaille en classe pour de vrai.
A cet instant précis, j’ai eu très envie de me rouler par terre devant son maître mais 1/ ça aurait fait désordre 2/j’avais peur de crier Victoire trop vite !
Et j’avais bien raison, cela ne dure que 2 petites semaines et Enzo sombre de nouveau dans le présenteïsme (joli mot pour dire qu’on est présent mais qu’en fait non) et c’est pile à ce moment là que la psychologue scolaire vient l’observer en classe pour faire le bilan.

Dans ce bilan, il ressort indéniablement une grosse rebellion à l’autorité mais pas que… En fait Enzo est décidé à se mettre au travail, mais il ne peut pas.
Son cerveau est (excusez moi l’expression) un bordel monstre.
Enzo n’a aucune notion du temps ou de repère dans l’espace.
Il écrit souvent à l’envers – des fois à l’envers ET en miroir (et il le fait les doigts dans le nez)
Il a de réelles difficultés à lire.
Et ce, malgré tout ce que nous essayons de faire pour l’aider…
Il a par contre une logique et une facilité dans l’abstrait incroyable pour son âge.
On décide alors de commencer des séances d’orthophonie (et bizarrement quand la psychologue scolaire demande un rendez vous, on me le donne dans les 8 jours (!!!)) pour l’aider dans ses difficultés à la lecture, un Plan Personnel de Réussite Educative pour le motiver à faire des efforts, et des séances de soutien avec une maîtresse E pour cimenter tout ça.

Après bilan l’orthophoniste nous explique qu’Enzo présente les signes de dyslexie et de dyspraxie (les liens sur lesquels vous pouvez cliquer sont tellement mieux explqué que ce que je pourrais dire) et il est tellement difficile pour lui de se concentrer pour lire/écrire que le moindre travail devient excessivement compliqué et très fatigant.

DYSLEXIE.
Le mot est posé.

Sans titre

Croyez-le ou non mais entendre ce mot m’a fait du bien !
Mon fils n’est pas “fou”.
Ce n’est pas de ma faute, je ne suis pas une mauvaise maman.

Je n’ai jamais été aussi soulagée et autant en colère en même temps.
Soulagée de me dire que cela n’avait rien à voir avec l’éducation que l’on donne à Enzo
Soulagée de savoir que même si c’est dur la dyslexie n’est pas une fatalité, Einstein et Picasso étaient dyslexiques.
Soulagée de savoir qu’il va être pris en charge et qu’on va pouvoir l’aider.
Fâchée contre cette secrétaire qui m’a rigolé au nez ouvertement quand j’ai voulu prendre un rdv avec l’orthophoniste.
Fâchée contre cette vieille médecin scolaire qui m’a fait culpabiliser pendant des mois.
Fâchée contre la terre entière qu’il ai fallu attendre si tard pour commencer une prise en charge pour mon fils.

Il a fait des progrès incroyables l’année dernière mais vraiment pas assez pour un CE2 serein.

Nous avons dû nous battre contre l’administration et monter un dossier pour obtenir un redoublement et donner à Enzo une chance de recommencer son année et acquérir les bonnes bases qui lui manquaient pour un bon apprentissage de la lecture/écriture.

L’autorité ne lui pose plus vraiment de problème, du moins pas plus que les enfants de son âge, la découverte de ces troubles dys a permis de comprendre beauuuuuuuucoup de choses sur son comportement et sur le nôtre.
Lire est encore quelque chose de très pénible (et certainement frustrant) pour lui et tous les livres des dinosaures de la terre ne suffisent pas encore à lui donner envie de s’acharner…
L’écriture, je ne vous en parle même pas (j’ai appris l’art subtil de le négociation avec lui)
Par contre, pour me battre à plate couture aux dames, y’a pas de soucis 😉

L’année dernière a été une année riche en émotion : à la fois très dure et très prometteuse.
On a eu beaucoup de rendez vous avec le maître à école, beaucoup de rendez vous psy/orthophoniste/ophtalmo/orthoptiste, beaucoup de disputes avec Enzo, j’ai beaucoup pleuré mais on a aussi beaucoup avancé tous ensemble.
De vraies montagnes russes !

Depuis, je lis des articles sur les troubles dys, j’essaie de trouver des astuces pour l’apprivoiser/le contourner et on se réorganise.

Aujourd’hui, je n’ai pas encore officiellement le droit de dire que mon fils est dyslexique et dyspraxique.

Mais aujourd’hui, j’ai envie de croire qu’on va y arriver.
Je ne lâche pas, je  n’ai jamais lâché.

Aujourd’hui, mon grand garçon redouble son CE1.
Aujourd’hui, je suis fière des progrès accomplis par mon fils et je le soutiendrai quoiqu’il advienne.

Advertisements

8 thoughts on “Les troubles dys et nous

  1. On a eu ensemble no petits bonhommes et même si c’est à distance je me sens concernée par votre histoire.
    Je te dis bravo à toi à ton homme et bien sûr à Enzo, dieu que c’est dur tout ça et je partage ta colère et ton indignation contre les personnes qui ont été carrément nulles.
    Je vous souhaite de la sérénité à présent que le diagnostic est là.
    gros bisous et bon CE1 à ton loulou !

    1. Merci beaucoup, ça me touche beaucoup ce que tu dis.
      Enzo a l’air de comprendre que ce n’est pas de sa faute, il a dépassé le stade de la rebellion et de la colère, il a l’air motivé et on va tout faire pour continuer dans cette voie !
      Encore merci ♥

  2. ouah, ma fille, les larmes coulent en lisant ton article (si joliment écrit) et qui est tout le reflet d’Enzo!!!! J’espère que cette année va être super pour lui comme pour toi et pour vous. Plein de gros bisous

    1. Il ne faut pas pleurer, il faut rester sur le positif de tout ça !!!
      Ça n’a pas été toujours facile mais maintenant, Enzo est motivé et nous, déterminé plus que jamais à l’aider !
      Tu me connais mieux que personne, tu sais que j’ai besoin d’écrire pour dire les choses et j’avais besoin et envie d’en parler : la dyslexie est moche : elle est invisible et c’est très frustrant de se battre contre quelque chose qu’on ne comprend pas forcément.
      Maintenant qu’on sait pourquoi, maintenant qu’Enzo l’a accepté, je suis sûre que ça va aller 🙂
      En tous cas, on va tout faire pour !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s